L'évaluation des mains fittées.

Publié le par Tonton1

L'évaluation des mains : les perdantes.

 

Prenons 2 mains, pas tout à fait au hasard.

                     A                                                             B

            RD 2                                                              R 32

            DV 32                                                             A 432

            32                                                                  32

            DV 32                                                             A 432

ces 2 mains valent 11 H, 12HLD.

Le partenaire ouvre de 1SA. Vous dites 2T, il dit 2K et vous concluez à 3SA avec les 2. Parfait. Cependant je parie sans risque que 3SA gagnera plus souvent avec la main B qu'avec la main A. Mais la main A est quand même une bonne main pour 3SA.

Maintenant le partenaire ouvre de 1P. L'évaluation de base est inchangée. Vous dites 2SA (main invitationnelle sans exigence de longueur) et le partenaire qui est minimum dit 3P.

Si vous en restez à votre évaluation de base vous passez ou vous dites 4P avec les 2 si vous êtes optimiste. Mais ces mains sont-elles de même force à l'atout P ? Et si elles diffèrent, de combien ?.

Il y a beaucoup de manières pour évaluer des mains de bridge. La plus importante est bien sûr l'évaluation en points d'honneur avec de multiples variantes et corrections (HL, HLD,….). C'est l’évaluation par défaut, tant qu'on ne sait rien d'autre sur la donne.

Il y a une autre méthode d'évaluation très peu enseignée en France mais qui a plus la cote ailleurs : l'évaluation en perdantes. Qu'est-ce que c'est ?.

Le principe est le suivant : une couleur comporte

0 perdante avec chicane, A sec, AR secs, ARD….

1 perdante avec singleton (autre que A), Ax, Rx, ARx…., ADx…, RDx…

2 perdantes avec doubleton (autre que AR, Ax, Rx), Axx…, Rxx…, Dxx…

3 perdantes avec au moins trois cartes sans gros honneur (GH).

La main A a donc 1 + 2 + 2 + 2 = 7 perdantes.

La main B a donc 2 + 2 + 2 + 2 = 8 perdantes.

Et alors ? La main A est plus forte que la main B ?.

En fait nous avons obtenu le compte des perdantes brutes et, comme dans le cas des points H il y a des corrections à faire. Et il y a une correction indispensable car le traitement initial considère A, R et D (les GH) comme équivalents ce qui n'est évidemment pas le cas. Pour tenir compte de ce fait il faut prendre en compte le nombre d'A et de R, les contrôles italiens (CI). 1 A = 2 CI, 1 R = 1 CI.

La main A comporte 1 CI, la main B en comporte 5.

Une couleur pleine (ARDV) comporte 10 H et 3 CI.

La main A a 11 H et 1 CI, c'est un déficit d'un peu plus de 2 CI. Or 2 CI c'est 1 A (1 levée sûre) donc il y a déficit d'une gagnante c'est-à-dire 1 perdante en plus.

La main A vaut donc 7 + 1 = 8 perdantes.

La main B a 11 H et 5 CI soit un excédent de presque 2 CI.

La main B vaut donc 8 - 1 = 7 perdantes.

Notre hiérarchie intuitive est rétablie et quantifiée.

Une main n'a jamais plus de 12 perdantes (24 pour les 2 mains associées).

Une ouverture normale comporte en principe 7 perdantes (il y en a parfois 8 mais ce n'est pas un critère pour l'ouverture).

Une ouverture de 2° zone comporte en principe 6 perdantes.

Une ouverture de 3° zone comporte en principe 5 perdantes.

Une ouverture de 2T comporte en principe 4 perdantes.

Une ouverture de 2K comporte en principe au plus 3 perdantes.

Lorsqu'un fit majeur a été trouvé, la manche doit être demandée si le total des perdantes des 2 mains est au plus égal à 14 (24 - 14 = 10 levées réalisables).

Un petit chelem est possible si le total des perdantes est 12 (24 - 12 = 12 LR).

Un grand chelem est possible si le total des perdantes est 11 (24 - 11 = 13 LR).

Bien sûr le bridge est un jeu de probabilité et quand on dit qu'il y a 10 levées potentielles cela signifie que le contrat sera plus souvent gagné que perdu.

La probabilité de gain sera nettement plus grande si le fit est 9° que s'il est 8°.

Reprenons nos 2 mains A et B après ouverture de 1P du partenaire, la réponse 2SA avec les 2 mains et la redemande minimale du partenaire à 3P. Il a une ouverture minimale donc en principe 7 perdantes.

Avec la main A vous espérez 24 - 7 - 8 = 9 levées et vous passez.

Avec la main B vous espérez 24 - 7 - 7 = 10 levées et vous dites 4P.

Voilà comment l'évaluation en perdantes peut, mais seulement quand un fit a été trouvé, être utile pour dévaluer ou réévaluer une main, aussi bien pour le répondant dans l'exemple choisi ici que pour l'ouvreur.

Bien sûr l'exemple est caricatural et il y a d'autres corrections minimes utiles pour le compte des perdantes mais croyez-moi, ça marche.

 

Publié dans Bridge

Commenter cet article