Défense contre le SA faible 2

Publié le par Tonton1

Défense contre l'ouverture (en S) de 1SA 10 - 12 H.

Généralités

Contrairement à la défense contre le SA fort où le contre punitif est très rare et où une intervention a essentiellement comme objectif de perturber le dialogue des adversaires, dans le cas des SA faibles le contre punitif est indispensable pour contrebalancer l'effet de barrage de l'ouverture et les interventions ont essentiellement pour but de trouver les manches majeures de la défense quand elles existent et qu’une pénalité serait insuffisante.

í           Punitif (13H+). Les autres interventions ont en principe au plus 12H.

2T           unicolore C ou P.

2K           4C + 5P/5K/5T.

2C           5C + 4P/5K/5T.

2P           5P + 5T/5K/5C

2SA        5T+5K

3T           Unicolore T.

3K           Unicolore K.

3C           5/5 C + P.

Les 5332 ou 5422 avec 5 cartes majeures sans 4 cartes dans l'autre majeure sont à considérer comme des mains régulières. Les 5431 avec 5 cartes majeures et 4 cartes d'une mineure peuvent être traités en unicolores.

II. En intervention.

II-1. Le contre.

En distributions aléatoires il faut 13 H ou plus pour contrer punitif en tenant compte des possibilités de surcontre de N (on suppose qu'il surcontre dès qu'il a 11 H c'est-à-dire deux ans environ 10 - 15 % des cas).

Bien entendu, outre la force en H de la main de l'intervenant, sa structure modifie l’importance des gains ou pertes en fonction de la main de N mais, qualitativement, les conclusions sont inchangées.

II-2. L'intervention unicolore.

Une manche n'est pas exclue et comme il vaut mieux contrer que chercher une manche à 1SA ou en mineure, l'effort doit se porter vers la recherche des manches majeures. C'est pourquoi nous interviendrons à 2T pour montrer un unicolore majeur.

Sur l'intervention à 2T et si N passe (on suppose qu'avec au moins 11 H il contre) E, puisqu'il ne connaît pas encore la couleur de l'intervenant, dit 2C s'il est fitté C avec moins de 11 DH ou 2K dans tous les autres cas.

Sur 2K, W nomme sa majeure au niveau 2 quelle que soit sa force car il ne sait pas si un fit existe. Lorsque la parole lui revient E peut évaluer correctement sa main. Sur 2C, W dit 2P avec les P mais s'il a les C, connaissant le fit il passera en général mais si sa main s'est nettement réévaluée il pourra dire 2SA, 3C, ou 4C.

Avec un 4333 en E le camp EW doit disposer d'environ 23 H pour avoir 50 % de chances de gagner la manche. Bien entendu E n'a aucun moyen de connaître la force globale du camp : il ne voit que sa main.

Le processus à suivre est alors le suivant quand il y a un fit :

Avec une main de 14 H ou plus il demande la manche.

Avec 11 - 13 H il soutient la majeure de W.

Avec 10 H ou moins il passe.

Si l'intervenant a 11 - 12 H (ou l'équivalent selon sa structure) il demande la manche après un fit. Dans le cas contraire il passe. L'intervenant a 11 - 12 H dans environ 20 % des cas.

Avec un fit mais une autre structure, E ajoute à ses H 1 DH, 2 DH avec un 5332 ou 6332, 2½ avec un 5422, 3 DH avec un singleton annexe.

II-3. Les interventions bicolores.

Pour être en mesure de demander une manche majeure, la première condition est de bien connaître la qualité du fit, ce qui nécessite de connaître la structure exacte de l'intervenant. Il faut donc distinguer, pour les bicolores C + P, les structures 4/5 des structures 5/4.

Avec un 4333 le processus est le même que dans le cas de l'unicolore :

demande directe de manche avec au moins 14 H et fit 8° connu.

Soutien au niveau 3 avec 11 - 13 H et fit 8° connu.

Passe ou enchère de niveau 2 avec au plus 10 H ou pas de fit connu.

Si la structure d’E est moins régulière il faut ajouter les mêmes points de distribution, en étant éventuellement plus optimiste avec un singleton annexe.

III. En réveil.

W a au plus 12 H. On admet que N a au plus 11 H (NS ont entre 10 et 23 H et EW entre 17 et 30 H).

III-1. Réveil par contre.

Contre en réveil avec 12 H et plus toutes distributions. N pourra éventuellement surcontrer.

III-2. Réveil unicolore majeur par 2T.

Même processus qu'en intervention mais W sait que E a au plus 11 H et E sait que W a au plus 12 H. La probabilité de manche est beaucoup plus faible qu'après une intervention.

Sur 2T de E, W dira 2C s'il a un fit C et moins de 10 H, 2K dans tous les autres cas.

Sur 2C de E, W passera sauf si sa main peut être réévaluée à plus de 12 DH (il faut 25 DH dans les 2 mains pour que la manche soit un bon pari).

Sur 2K, E nomme sa majeure et W pourra alors réévaluer sa main s'il a un fit et faire éventuellement une proposition de manche.

III-3. Réveil bicolore.

Sans fit ou avec moins de 11 DH, W donne une simple préférence au niveau 2. E ne reparlera qu'avec une main exceptionnelle.

Avec un fit connu et 11 - 12 DH W peut fitter au niveau 3, avec plus il peut dire 2SA ou conclure à la manche.

IV. Après un surcontre de N.

Voir défense contre 1SA 12 - 14 H.

pour les interventions les vulnérabilités sont fondamentales. Si NS sont seuls vulnérables les interventions (moins de 13 H) ne sont jamais gagnantes. Elles sont toujours gagnantes quand personne vulnérable ou EW vulnérables. Les bilans sont voisins de zéro si tous vulnérables.

Publié dans Compétitives

Commenter cet article