Bridge

Lundi 18 janvier 1 18 /01 /Jan 10:45

L'évaluation des mains : réfléchissez avant de parler.

Allan Mazer.

Introduction.

Vous êtes à une table de bridge et relevez une main. Bien sûr vous commencez par compter. Vous comptez avec les 13 doigts que tous les joueurs possèdent. Ne vous inquiétez pas si vous n'en avez pas encore 13, ils pousseront bien assez vite.

Vous comptez les levées rapides (LR) et vous comptez les H. Vous comptez les gagnantes et les perdantes. Vous comptez les courtes et les longues. Vous comptez les étoiles du ciel et vous comptez les anges dansant sur une tête d'épingle.

Quand vous avez fini de compter que savez-vous vraiment ?.

En définitive, le bridge est un jeu de levées gagnées. Si vous ne pensez pas en levées gagnantes, alors vos efforts seront vains.

Vous comptez des valeurs qui doivent conduire à des levées gagnantes. Plus vous avez de valeurs, plus de levées. Plus il y a de levées et plus vous pourrez parler haut. Plus vous pourrez parler haut et plus vous marquerez.

Le bridge est un jeu facile.

Prenez vos 13 doigts et comptez.

Jouer avec un jeu complet.

Bien, je vais faire ici des hypothèses. Je suppose que vous jouez avec un jeu complet. Si c'est le cas il y a 52 cartes et 4 couleurs. Et en moyenne votre main sera : A 1062, R 95, D 84, V 73.

Regardez attentivement. Vous avez 1 carte de l'A jusqu'au 2. Vous avez 3 cartes dans chaque couleur plus un 4° P pour faire bonne mesure. C'est une main très moyenne. Cette main gagnera 3 1/4 levées.

Supposons qu'autour de la table chacun ait la moyenne. Tout le monde a une main moyenne. Votre partenaire a 1/4 des valeurs et 3 1/4 levées. Additionner ses valeurs aux vôtres. Vous avez 1/2 du jeu et 6 1/2 levées.

Si vous parlez au niveau 1 vous contractez pour 7 levées. C'est 1/2 levée de plus que vos 2 mains moyennes peuvent gagner.

Hummmmm !!.

Une évaluation attentive devrait vous montrer qu'ouvrir avec une main moyenne n'est pas une bonne idée. Si le partenaire est également moyen vous serez trop haut. Déjà.

Qu'est-ce qu'une levée ?.

Que faut-il pour gagner une levée ?.

Un R ? eh bien il gagnera probablement 1 levée. Mais où est l'A ? certainement un A vous gagnera 1 levée. Mais s'il y a un atout et une chicane ? non seulement elle vous donnera 1 levée mais elle battra cet A.

En fait il y a beaucoup à faire pour donner un sens à la valeur d'une main.

Mais commençons par quelque chose de classique, le nombre de points de Milton Work. Vous en connaissez tout. À = 4, R = 3, D = 2, V = 1. Je parie que la première chose que vous faites quand vous relevez votre main est d'additionner vos H.

--,--, A R D V 109 876 5432, -. Partons de là. Une main de 10 H.

Eh ! oh ! je crois que ça ne va pas.

Évidemment les H seuls ne donnent pas une parfaite évaluation de la valeur d'une main. En fait aucune méthode d'évaluation ne sera toujours parfaite.

Le compte 4 - 3 - 2 - 1 est le plus précis pour les mains régulières. Et en fait c'est un assez bon point de départ pour votre évaluation.

Les H marchent au mieux pour les mains régulières.

Parfois vous n'avez que des mains régulières barbantes. Une main régulière n'a pas plus de 4 cartes dans une majeure, pas de singleton, pas plus de 1 doubleton. En fait aucune irrégularité, une main plate quelconque.

Ces mains barbantes sont faciles à décrire. Vous commencez par compter les H et vous terminez en comptant les H. Et vous ouvrez par la bonne description de cela en disant 1SA, 2SA,....

Facile. Ne vous suffit-il pas de quelque chose d'aussi commode ?.

Malheureusement ce n'est pas le cas. Et vous devez réfléchir un peu plus parce que la plupart des mains ne sont pas aussi plates et faciles.

On vous a probablement dit que vous devez ouvrir une main de 13 H. Voyons pourquoi.

Une main moyenne qui contient un échantillon de chaque carte à 10 H. C'est exactement 1/4 du jeu et doit gagner 3 1/4 levées. Une main moyenne n'a pas assez pour gagner un contrat de niveau 1.

Il faut plus. Une ouverture doit avoir au moins 1 levée de plus que cette moyenne. Qu'est-ce qu'une levée ? un R gagnera en général 1 levée et nous admettrons qu'une levée est l'équivalent d'un R.

Main moyenne (10 H) + 1 R (3 H) = ouverture. Ouf ! 13 H. Ça vous plaît ?.

Et maintenant soyons encore plus techniques.

Vous avez une ouverture de 13 H. Il y a 40 H dans le jeu, ce qui laisse 27 H. Il y a 3 autres joueurs à la table, et, en moyenne, chacun aura 9 H. Ajoutés à vos 13 cela fait 22 H, c'est-à-dire 2 H de plus que la moitié du jeu.

Une D vaut 2 H et on peut admettre que la D vaut 1/2 levée. Comme si la moitié du jeu vaut 6 1/2 levées nous avons 1/2 levée de plus pour atteindre 7 levées.

Vous les avez. En moyenne, avoir 13 H pour ouvrir signifie que vous aurez assez pour faire votre contrat de niveau 1.

Le compte 4 - 3 - 2 - 1 n'est pas arbitraire. Il est mathématiquement fondé solidement. Malheureusement il n'est pas totalement précis.

Il faut y regarder de plus près.

Quand une levée n'est pas une levée.

4 H pour 1 A. 2 H pour 1 D. Donc je suppose que 2 D valent 1 A.

oh non ! Les choses ne sont pas aussi simples.

Certaines levées sont meilleures que d'autres. Les A et les rois sont vraiment meilleurs que les quacks (D et V) et les cartes s'améliorent par assemblage.

Laquelle de ces mains est la meilleure :

DV 2, DV 3, DV 43, DV 5       ou        A 3, RV 43, A 56, 987.

Ces deux mains de 12 H devraient être égales. Mais elles ne le sont pas. La 2° est bien meilleure.

Jadis les joueurs évaluaient leurs mains en termes de LR :

A           = 1 LR

AR         = 2 LR

AD         = 11/2 LR

RD         = 1 LR

Rx          = 1/2 LR.

Évaluer de cette manière est moins facile qu’en H, mais cela donne une autre évaluation de la main. Les LR sont des contrôles. Ce sont des levées utiles en défense. Ce sont de bons points.

Ces bons points sont vraiment meilleurs que les valeurs molles des D et des V. Il faut plus de temps aux valeurs molles pour faire des levées et elles peuvent ne jamais les faire.

Revenons aux 2 mains ci-dessus. La première a 0 LR. La 2° a 2 1/2 LR. Ça fait une différence.

Tous les points n'ont pas la même valeur.

Mais attendez. Il faut poursuivre la réflexion.

Vous avez la D et le 2 de P. Ce sont vos P. Le doubleton D 2 vaut-il 2 H ?. Probablement pas car la pauvre D n'est pas protégée. Mais si le partenaire a le R ? alors la D a sa pleine valeur.


Décisions, décisions. 2 H ? 0 H ?.

Les honneurs courts n'ont pas une pleine valeur.

La réponse est simplement que nous ne savons pas. Il est clair qu'une D doubleton est un défaut. Il réduit la valeur de la main. Mais nous ne savons pas de combien.

Les rois singletons, les D doubletons et les V tripletons sont tous des défauts. Ce sont des cartes qui n'ont pas leur pleine valeur. Avec trop de défauts la main perd rapidement de sa valeur.

D'un autre côté la main dont les cartes s'unissent gagne en valeur par leur association. Mettez vos honneurs dans une même couleur et leur pouvoir augmente.

Quelle est la meilleure main :

RDV 2, ADV 6, 752, 95           ou        RV 95, D 752, D 52, AV.

Regardez attentivement. Les 2 mains ont 13 H. Les 2 mains ont exactement 1 A, 1 R, 2 D, 2V, 1 9, 1 7, 3 5, et 2 2. Mais l'une est bien meilleure que l'autre.

Description d'une bonne carte : elle joue bien avec les autres.

Les cartes qui se sont combinées sont plus puissantes que les cartes isolées. Examinez les C et K de la 2° main. Ces D semblent bien nues. Valent-elles autant que la DP ou la DC de la première main ?.

Il est clair qu'un homme ne peut se contenter des H. Une femme non plus en fait. Il faut y réfléchir. Par exemple qu'arrive-t-il si votre A est en face d'une chicane....

J'adore ma distribution.

Plus la couleur est longue, plus elle donne de levées. Après que A, R, D, V ont été joués les petites cartes deviennent des A et des rois. Les longueurs sont des levées et il y a beaucoup plus de petites cartes que de grosses.

Il est essentiel d'évaluer la distribution de votre main comme moment de votre processus de réflexion. Rappelez-vous que les couleurs longues font des levées supplémentaires.

Avoir plus d'une couleur est un gros avantage. Avec 2 couleurs vous avez 2 chances de trouver un fit chez le partenaire. Si vous trouvez 2 fits vous avez à la fois un atout et une source annexe de levées. Et bien sûr avec 2 couleurs longues vous avez peu de cartes dans les autres couleurs. Vous les contrôlez donc par la coupe.

Pour tenir compte des longueurs quand vous évaluez votre main, ajoutez vos H aux longueurs des 2 couleurs les plus longues. Une main d'ouverture obtient un total de 20 au moins. C'est la règle des 20 de Marty Bergen. Voyons comment ça marche.

AD 763, 106, RV 1095, 4. Cette main a 10 H. Une moyenne banale. Mais elle a 2 couleurs 5°. Le total des H et des longueurs est de 20 (5K + 5P + 10 H = 20). Cette main doit être ouverte. Si vous trouvez n'importe quel type de fit chez le partenaire elle gagnera beaucoup de levées.

R 108, V 873, AD 2, D 97. Cette main a 12 H mais elle est 3433. Ajouter les H au nombre de cartes des 2 « longues » et vous obtenez 19 (4C + 3 autres + 12 = 19). Beaucoup de joueurs ouvrent toutes les mains de 12 H. Les mains plates ne marchent pas très bien. Cette main ne devrait pas être ouverte.

Voici quelques points à vous rappeler :

í 12 H et une couleur 5° font une ouverture. Il faut 13 H avec une main plate.

íLes beaux bicolores peuvent être ouverts avec peu de H. Une main 5 - 5 n'a besoin que de 10 H. Nous aimons la distribution.

íMais n'allez pas trop loin. Pas plus d'un défaut (honneurs courts et pas d'A sont des défauts) avec ce minimum de 20.

íSi vous avez 3 LR il faut ouvrir quelle que soit la distribution. Ces LR font une très bonne main de défense. Assurez-vous que le partenaire le sait. Ouvrez toutes les mains de 3 A où avec 1 A plus AR.


Assez pensé, il est temps d'enchérir.

Bien, vous avez ajouté vos H, compté vos couleurs longues, noté les défauts et testé les LR. Vous avez contrôlé l'huile, les freins et mis du carburant dans le réservoir. Vous êtes prêt. Mais ce n'est pas encore fait.

Regardez encore votre main avant de parler. Prenez une vue générale de ce que vous avez.

í1 levée de plus que la moyenne justifie une ouverture minimale.

í1 levée de plus (2 de mieux que la moyenne) et votre ouverture correspond à une ouverture moyenne.

íEncore 1 levée de plus (3 de mieux que la moyenne) et vous avez une ouverture maxi.

íEt si vous avez encore plus c'est une montagne.

Mini, moyen, maxi sont des idées importantes pour l'évaluation. Si vous êtes mini de quelque chose (H, longueurs, n'importe quoi) vous ne reparlerez pas.

N'annoncez pas 2 fois les mêmes valeurs.

Si vous êtes moyen, vous avez de la réserve. Vous pouvez alors reparler en offrant au partenaire un peu plus.

Et si vous êtes maxi vous pouvez vous réjouir et obliger le partenaire à écouter. Si votre partenaire frémit vous irez à la manche.

Avec une montagne vous faites ce que vous voulez. Vous allez obliger le partenaire à frémir. Cela ressemble pour moi à une ouverture forte forcing (peut-être 2T).

Rappelez-vous de cela car la force de votre ouverture déterminera ce que vous ferez ensuite.

Prévoir la suite.

Quoi ? la suite ? je dois faire un plan ?.

Ouvrir n'est pas aussi simple qu'il y paraît. Il faut avoir un plan. N’ouvrez pas sans être prêt pour quoi que puisse faire le partenaire.

Ouvrir sans plans peut être fatal... Ou pire.

Voyez cette main. De quoi ouvrez-vous ?

A 7, 54, RV 97, AD 643. Un trèfle bien sûr. Vous avez 14 H et cinq T. Le bridge c'est facile. Bon, votre partenaire répond 1P. Et maintenant ? il peut avoir 4P. Vous ne pouvez pas soutenir avec 2 cartes. Vous pouvez essayer 1SA.. Devinez ce que sera l'entame ? l'autre majeure peut-être ? le bridge peut être un sport du spectateur. Vous serez le spectateur de l'encaissement par l'adversaire de ces nombreux C.

Peut-être direz-vous 2T. Cela promet 6 cartes à trèfle. Regardez vos cartes. Où est ce 6° T ?.

Vous avez une 2° couleur. Vous dites 2K sur 1P. Oh la ! C'est une inversée et elle promet beaucoup de réserve. Recomptons la main. Un mini c'est 13 points d'honneur et vous en avez 14. voulez-vous vraiment expliquer au partenaire que vous avez 1 H en réserve pour votre inversée ?.

Cette main a un sérieux problème de redemande. Après ouverture de 1T vous n'avez aucune redemande. Ce n'est pas une solution idéale mais peut-être faut-il l'ouvrir de 1K. Vous avez une couleur 4° à K. Vous pouvez alors faire une redemande à 2T sans problème. Oui, vous avez déformé la distribution de la main. Mais votre but n'est pas de terminer dans une mineure si c'est évitable. Et de cette manière la séquence peut continuer sans vous demander quel mensonge est le moins risqué.

J'aime bien qu'il y ait un plan.

La planification des redemandes affecte beaucoup votre processus de décision. Réfléchissez aux ouvertures mineures.

Supposez que vous n'avez pas de majeure 5° ou plus. Si vous avez 3 cartes dans chaque mineure, laquelle ouvrez-vous ? avez-vous dit la meilleure ?.

Avec 3 - 3 en mineure vous ouvrez toujours de 1T. Une couleur 3° n'est pas une couleur. L'une n'est pas meilleure que l'autre. Vous n'avez aucun besoin pressant de montrer au partenaire ces 3 cartes mineures. Vous ne souhaitez même pas jouer en mineure. Vous ouvrez en fait pour dire que vous avez une valeur d'ouverture et envisagez de soutenir le partenaire. Donnez-lui donc le choix le plus large des couleurs.

Avec 4 - 4 mineur ouvrez toujours de 1K. Une couleur 4° est une couleur et vous envisagez de nommer les 2 si vous en avez l'occasion. Vous commencez par 1K pour montrer T sans inversée.

Tenez compte des passes.

Tandis que vous planifiez pensez à votre position. Votre siège peut avoir des effets notables sur vos enchères.

En 1° ou 2° les enchères sont normales. Bon, aussi normales que le permet tout joueur de bridge. Oui, je considère « offensant » d'être appelé « normal ».

La 3° position après que le partenaire et l'AdvD ont passé, nécessite un traitement très particulier. Réfléchissons aux conséquences des 2 passes précédents.

Le partenaire a moins que l'ouverture. L'AdvD a moins que l'ouverture. Ils peuvent avoir beaucoup moins. Si votre main est faible où est toute la force ?. Vous avez 3 possibilités mais les 2 premières sont exclues.

Examinez soigneusement votre adversaire de gauche. Remarquez-vous ses mimiques ? avez-vous vu qu'il lui a fallu 15 minutes pour compter tout ses points d'honneurs ? il est bourré. Non, je ne parle pas de la bouteille de gin vide.

Quand un joueur a une main puissante les enchères le feront déclarant. Si votre adversaire de gauche sera déclarant qui sera à l'entame ?.

C'est vrai. Ce sera le partenaire. Et votre partenaire n'aura aucune idée de ce que vous souhaitez. Peut-être pouvez-vous le lui dire.

En 3°, orientez l'entame du partenaire.

C'est le final de la planification. En 3° vous devez ouvrir toute main d'ouverture normale. Mais il faut aussi ouvrir toute main où vous pourriez intervenir. Cela veut dire toute main avec une bonne couleur que vous voudriez que le partenaire entame. Si vous ouvrez faible soyez prêt à passer toute enchère que le partenaire ferait. Ne soyez pas inquiet, il devrait savoir que vous pouvez seulement orienter l'entame.

63, AR 1042, 1084, 952. Vous avez vu 2 passes et vous voyez 7 H. Oubliez l'évaluation. C'est le moment de paniquer. En fait peut-être pas. Il y a une bonne chance que le partenaire sera à l'entame. C'est peut-être maintenant votre seule chance de lui dire quoi entamer. Ouvrez de 1C et soyez tranquille.

D 82, R 83, V 102, RV 104. Vous devriez avoir 2 réflexions critiques après 2 passes. D'abord le partenaire pourrait avoir jusqu'à 12 H et une main plate sans ouverture correcte. Ensuite cette main peut conduire à 4 passes.

Qu'est-ce qui est le plus important ? j'ai tendance à protéger très agressivement le partenaire. J'ai tendance à choisir de parler plutôt que passer quand la décision est limite. Et j'ai tendance à parler quand je sais que je pourrais passer sur toute enchère du partenaire (soutien 3° de toute enchère de niveau 1). J'ouvrirais de 1T.

Enfin en 4° position c'est encore une situation totalement différente. Une évaluation supplémentaire est nécessaire. Les P ont maintenant une importance critique. Les P sont la couleur la plus chère. Avec les P les adversaires peuvent gagner les enchères à tous les niveaux.

N'ouvrez pas pour les P de vos adversaires.

En 4° utilisez la règle des 15 avant d'ouvrir. Ajoutez vos H à votre nombre de P. Passez si ce total est inférieur à 15.

108, A 92, RV 752, RV 5. Ce 2353 de 12 H doit évidemment être ouvert de 1K en toute autre position. Cependant avec seulement 2P je ne voudrais pas être celui qui permet aux P adverses de se manifester. Personnellement j'obéis à la règle des 15, je ferme les yeux et je passe.

Le répondant est aussi quelqu'un.

Il est toujours bon d'entendre le partenaire ouvrir. Il a quelque chose. Ajoutez son quelque chose aux vôtres et vous avez encore plus. Et ça finit par faire des levées et gagner les contrats.

Malheureusement il faut continuer à réfléchir. Quelle sorte de répondant allez vous être ?.

í 1 levée de moins que la moyenne : vous avez assez pour vous manifester (main de réponse minimum).

í Main moyenne : vous avez assez pour inviter (main de réponse moyenne).

í 1 levée de plus (oui, c'est une ouverture) vous avez assez pour aller à la manche (main de réponse maxi = main d'ouverture mini).

í Votre partenaire a ouvert et vous avez plus qu'une ouverture mini : vous avez maintenant votre propre grosse montagne (un répondant avec une ouverture moyenne ou plus est vraiment difficile à battre). Et maintenant vous allez obliger le partenaire à se manifester !.

Avec une main de réponse mini vous avez le droit de parler 1 fois à moins que le partenaire vous oblige à reparler. Donnez-lui l'information qui sera la plus utile. Pensez d'abord au soutien. En second pensez à une bonne couleur. Ou ressemble-t-elle à du SA ?.

Avec une main de réponse moyenne vous pouvez inviter. Vous pourrez reparler. Prévoyez quelles informations vous souhaitez transmettre en 2 enchères.

Avec une main de réponse maxi vous êtes un ouvreur en face d'un ouvreur. Vous irez à la manche. Réfléchissez où vous souhaitez aller.

Avec une montagne, bon, que donnez-vous à une grosse montagne ? tout ce qu'elle veut. Vous irez à la manche, en pensant au chelem. Prévoyez maintenant votre séquence et pensez à ce dont vous aurez besoin. Pensez soutien. Pensez contrôles. Pensez au chelem.

Pensez d'abord soutien, puis votre propre couleur, enfin pensez à SA.

Comme répondant vous avez entendu ce qu'a le partenaire. Vous avez déjà beaucoup d'informations. Vous pouvez choisir de montrer une couleur ou vous orienter vers SA. Vous avez un début d’idée sur le niveau à atteindre. Votre travail et maintenant de poursuivre l'échange d'informations.

Si vous êtes assez heureux pour avoir un bon soutien il est temps de ré évaluer. Réfléchissons à la distribution.

Le mort a ses privilèges.

Le partenaire a ouvert. Vous connaissez quelque chose de sa main. Vous avez déjà évalué votre main. Mais il est maintenant temps de ré évaluer (greuuu...).

La distribution est très importante. Un atout plus une chicane vaut mieux qu'un A. Plus vous pouvez couper moins les honneurs adverses ont de valeur. Un A adverse dans votre chicane est devenu un 2. 4 H (10 % du total) ont cessé d'exister.

Cependant la distribution n'a pas de valeur réelle tant qu'un fit n'a pas été trouvé. Dès que vous avez un fît il faut tenir compte de la distribution pour vos évaluations.

Mais n'oubliez pas que ces valeurs de coupe n'ajoutent des levées que si c'est le côté court qui coupe.

Examinons ce concept.

ª     ARD 105     ªV 32    P étant l'atout cette main a un

©     9           ©D 87    total de 8 atouts. W en à 5

¨     AD 98       ¨RV 2    et E 3. Si W tire tous les atouts

  • 952         §10 864  il fera exactement 5 levées. Si W coupe 2C E joue 3 tours d'atout il fera exactement 5 levées. La coupe n'a pas été profitable.

ª      ARD 105       ªV 32     avec P comme atout ces mains ont le

©      D 98          ©RV 6     même total de 8 atouts. W en a 5 et E 3

¨      A 53          ¨2        si W tire ses atouts il fera 5 levées

  • 95          §DV 6432 d'atout. Cependant s'il coupe 2K au mort et tire tous les atouts il fera 7 levées. Le gain se produit quand la coupe est faite du côté court des atouts.

En fait c'est pourquoi les fits 4 - 4 sont si merveilleux. Avec 4 atouts dans les deux mains il est utile de couper de l'une ou l'autre main ce qui la transforme en main courte.

Puisque le mort est le plus souvent la main courte nous examinons les valeurs de coupe combinées aux H : nous comptons les points du mort. Seul le mort peut compter des points de mort. De plus en n’autorisant que le mort à compter les coupes on évite la duplication. Si vous avez la même chicane que le partenaire vaut-elle le double ?.

Si vous ne serez pas le mort, ne vous attribuez pas de HLD.

Chicane = 5 points de mort (PM).

Singletons = 3 PM.

Doubleton = 1 PM.

Aïe ! Une chicane vaut plus qu'un A. Et c'est exact. Vous pouvez couper une couleur et faire la levée plus d'une fois. Essayez d'utiliser deux fois le même A ! Les chicanes sont merveilleuses.

Un singleton vaut un R. Et c'est encore exact. Bien que vous puissiez couper plus d'une fois il faut quand même perdre la première levée.

Un doubleton vaut moins qu’une D. Pendant que vous perdez les 2 premières levées avez-vous encore assez d'atouts pour couper ?.

Ah oui : pas de double compte. Un R singleton ne vaut pas 6. C'est un singleton. Ne soyez pas trop gourmand.

Qu'appelez-vous une perdante ?.

Il faut aller plus loin dans l'analyse de la distribution que les seuls points de mort. Le compte des perdantes (CP) est une méthode d'évaluation des mains fondée sur la distribution autant que sur les honneurs. Le CP permet de prédire le niveau correct d'enchères, quant un bon fit d'atout a été trouvé.

Très simplement il y a 3 perdantes possibles dans chaque couleur (12 en tout par main). Contre les 3 perdantes par couleur vous pouvez déduire 1 pour chaque A, R ou D de cette couleur. Vous enlevez aussi des perdantes quand vous avez moins de 3 cartes. (Un petit doubleton n'a que 2 perdantes).

Évaluons : A 7, 9652, RD 87, DV 3. C'est une main de 7 1/2 perdantes : 1 à P, 3 à C, 1 à K et 2 1/2 à T[1].

Moins vous avez de perdantes et plus la main est forte. En général :

une ouverture standard = 7 perdantes (plus ou -1/2)

un soutien limite = 8 perdantes

un soutien constructif = 9 perdantes

un soutien faible = 10 perdantes

une ouverture forte = 6 perdantes (plus ou -1/2)

une ouverture d'inversée = 4 - 5 perdantes

une ouverture FM (2K) = 3 perdantes ou moins.

Comment utiliser vous cette information ?. N'oubliez pas que vous devez d'abord avoir un fit !

Imaginez combien le partenaire a de perdantes. La liste ci-dessus vous donne une bonne manière pour l'estimer. Additionnez vos perdantes aux siennes. Soustrayez ce total de 24 (le nombre de perdantes totales possibles des 2 mains). Le résultat est le nombre de levées que vous pourrez faire !

Le CP vous indique jusqu'à quel niveau aller.

Examinez les 2 mains ci-dessus. Avec C comme atout (un bon fit 9°) les 2 mains se complètent bien. Nombre de perdantes total 13 1/2. Soustrayez de 24 et vous obtenez 10 1/2. Vous devriez gagner 4C (10 levées) sans problème.

Une ouverture majeure normale doit comporter 7 perdantes ou moins. Si vous savez que le partenaire a un fit limite de 8 perdantes vous demandez la manche avec 6 perdantes et vous stoppez au niveau 3 avec 7 perdantes.

Est-ce que l'ouvreur demande la manche après un soutien limite ?

AR 976, V 42, RD 32, 6. 1 perdante P, 3 à C, 1 à K et 1 à T, 6 perdantes. C'est un soutien automatique à la manche malgré le minimum de 13 H. Le CP dit de déduire les 6 perdantes et les 8 du partenaire de 24 pour obtenir le nombre de levées espéré. Il faut espérer 10 levées (24 - 6 - 8 = 10).

RD 832, V 85, R 64, A 5. 1 perdante P, 3 a C, 2 à K, 1 à T soit 7 perdantes. Le CP prévoit 24 - 8 -7 = 9 levées. Cette main ne doit pas aller à la manche malgré les mêmes 13 H que la précédente.

ARD 9853, R 42, 8, A 7. 0 perdante à P, 2 à C, 1 à K, 1 à T soit 4 perdantes. Le CP prévoit 24 - 4 - 8 = 12 levées. Cela devrait être un chelem sans beaucoup de H.

Vos cartes sont-elles utiles ?.

Le partenaire a ouvert et vous avez un soutien. Que ce soit un soutien d'atout ou une bonne main régulière avec l'intention de soutenir son ouverture à 1SA est sans importance. Vous êtes content. Il est temps de coopérer et de poursuivre les enchères jusqu'au niveau approprié. Vous devriez déjà savoir quelque chose. Vous savez s'il il y a un fit d'un atout, vous avez une idée raisonnable des perdantes et du niveau où vous pouvez aller. Que faire ensuite ? réévaluer bien sûr.

Il y a des quantités de choses nécessaires auxquelles vous devez penser. Les plus et les moins. Des choses qui vous font apprécier votre main et des choses qui vous font ne pas l'aimer.

Enchérir est un art, pas une science.

Il est temps d'arrêter de mesurer et de commencer à sentir.

Commençons par le fit d'atout :

í un fit 8° est un fit minimum.

í Un fit 9° est un fit moyen.

í Un fit 10° ou plus est un fit maximum.

Nous voici encore mini, moyens, ou maxi. Plus il y a de cartes dans le soutien, meilleur il est. Mais le reste de la distribution est aussi important. Si vous avez une réserve d'atouts et des valeurs de coupe alors ces atouts sont très importants. Si vous avez un soutien de 4 atouts et 3 cartes dans les 3 autres couleurs essayez s'il vous plaît d'expliquer au partenaire à quoi serviront vos 4 atouts.

Le fit à SA est également important. Évidemment un fit pour SA signifie des arrêts partout. Mais ça veut dire aussi des sources de levées. Et cela signifie des couleurs fittées longues. Une sorte de couleur d'atout pour SA. Bien que vous ne puissiez couper avec, vous pouvez utiliser les cartes de longueur en levées supplémentaires. Avoir une couleur fittée est fondamental. Mais il faut aussi que le reste de la main s'accorde.

Observez ces deux mains :

ª      ADV 85        ªR 73     une belle paire de mains. W a une

©      D 64          ©9875     ouverture à P de 13 H et un singleton

¨      RV 103        ¨7        et une couleur secondaire à K.

  • 6             §AD 842   E à un soutien 3° par 1 GH, une belle couleur secondaire à T et un singleton utile dans la main courte.

Cela semble une manche facile à P. Jusqu'à l'entame où la défense prend 3 levées de C et l'AK. -1.

Faisons une expérience. Voyez ces mains :

ª ADV 85           ªR 73    ce sont les mêmes cartes. Le total des H

© RV 103           ©AD 842  est le même. Il y a les 2 mêmes singletons

¨ D 64             ¨7       seules les couleurs sont changées.

  • § 6                §9875    cette fois la main fera au moins 10 levées et probablement 11. De plus elles gagneront aussi bien à P qu'à C. Quelle différence !

À part la pauvre DK toutes les cartes de la 2° paire de mains se complètent. Les singletons font face aux perdantes. C'est un concept crucial. Vos cartes seront utiles ou pas ?.

En écoutant les enchères, les cartes qui s'accordent aux couleurs du partenaire doivent être réévaluées. Les courtes en face de couleurs du partenaire doivent être dévaluées.


Vous avez un partenaire : vos cartes doivent aussi avoir des partenaires.

C'est peut-être le processus le plus important de l'évaluation des mains. Pensez à votre main comme un stock partagé : il s’accroît ou décroît. Chaque pièce d'information fait que votre main s'améliore ou se détériore. Et cette information peut aussi venir des adversaires.

Traiter les interférences.

Les adversaires ne sont pas drôles. Ils mettent leurs gros sabots dans vos séquences confortables. Ils consomment votre espace d'enchères. Ils vous rendent malheureux. Les adversaires sont des pestes.

Mais si vous savez comment les traiter ils peuvent être des pestes très utiles.

Quand un adversaire parle, écoutez.

J'ai reçu cette main dans une compétition en Patton suisse :

R 7, AR 52, --, ARDV 1065. Ce n'est pas une vilaine main. Je compte 9 1/2 levées. Je vois beaucoup de contrôles et seulement 2 perdantes. Je crois que cette main me plaît.

Donc, en 1°, tous vulnérables, j'ouvre de 2T.

Les adversaires ne disent rien. Rappelez-vous de ceci, c'est le point crucial.

Mon partenaire dit 2K qui montre au plus 1 contrôle italien (CI). Je n'ai pas entendu de très bonnes nouvelles mais il me faut peu de choses chez le partenaire. Il est temps de montrer ma couleur et je dis 3T.

Le partenaire dit maintenant 3P ce qui n'est pas vraiment ce que j'aurais aimé entendre. Je décide que j'en sais assez pour choisir le contrat final et je conclus à 5 T.

2T () 2K ()//3T () 3P ()//5 T.

L'entame est la DK et le mort s'étale :

ª DV1082        ªR7         bon, j'ai peut-être été un peu conservateur.

© 7             ©AR52       il y a 2 lignes pour 12 levées : je peux

¨ R9432         ¨--         faire tomber l'AP, couper 1C au mort et

  • § 43            §ARDV1065   défausser le 2° C sur le 3° P. Il faut que les P soient 3 - 3 ce qui arrive dans 36 % des cas.

L'autre ligne est de couper 2C au mort ce qui nécessite des C 4 - 4 ou 5 - 3, ce qui arrive dans 80 % des cas.

Il semble que la décision soit facile. Il semble aussi que j'aie raté un chelem à 80 %.

Eh bien jouons. Je prévois la coupe de 2C au mort et l'adversaire de droite surcoupe la 2° fois.

À l'autre table, l'adversaire avec mes cartes a décidé d'ouvrir de 1T avec cette main de 9 1/2 levées. Maintenant son adversaire de gauche, mon partenaire, a dit 2C.

L'information est sur la table.

L'adversaire avec ma main choisit de dire directement 6T. À la vue du mort il sait que la ligne à 80 % n'a aucune chance. Les C doivent être 6 - 2. Sans autre choix il est obligé de choisir l'autre ligne. Bien sûr les P sont 3 - 3 et il gagne son chelem et encaisse 13 IMP.

Vos adversaires sont une grande source d'information. Cette information est cruciale bien avant que le jeu ne commence. Les enchères adverses modifient la valeur de vos cartes.

Vous avez une ouverture moyenne avec RV 10 de P. vous ouvrez en mineure et l'adversaire de gauche dit 1P. Comment vous sentez-vous ?.

C'est le même RV 10 de P. La question est de savoir si vous êtes derrière ou devant les autres P.

Position, position, position.

Réfléchissez à un R doubleton dans une couleur annoncée à droite ou à gauche. A-t-il la même valeur ? bien sûr que non. Derrière est mieux que devant.

Écoutez les enchères.

Maintenant la séquence est en folie complète. Vous dites quelque chose, votre partenaire dit quelque chose, vos adversaires disent quelque chose. Chaque fois que vous entendez quelqu'un parler à la table, il vous dit ce que vaut votre main.

Il faut réévaluer votre main. Il faut le faire continuellement, chaque information nouvelle est cruciale.

Voyons quelques séquences.

Vous avez : --, ARD 98 643, DV 6, 62

et vous entendez :                     E                vous              W              N

                                                passe          1C                2P              3SA

                                                passe          ????.

Ce que vous savez : vous avez 8 levées et pas d'inquiétude pour l'atout. Le partenaire a de la réserve pour son jump. Du côté positif vous aurez probablement une entame P qui gagnera du temps. Du côté négatif le partenaire a de la force à P en face de votre chicane.

Votre enchère : je dis 6C et revendique après l'entame P.

Vous avez : ADV 103, R 7, RV 98, 76

et vous entendez :                     vous           W                 N               E

                                                1P              2C                3C             passe

                                                ???.

Ce que vous savez : vous avez 14 H corrects, un bon fit avec le partenaire et 6 perdantes en face du Qbid en soutien limite (en principe 8 perdantes). Le CP dit d'aller à la manche. Malheureusement le 2C de W vous dit que votre RC ne vaut peut-être que le papier sur lequel il est imprimé. Vos 6 perdantes sont probablement devenues 7.

Votre action : 3P semble le plus sûr. Le partenaire reparlera s'il a plus que le soutien limite.

Vous avez RV 10, A 976, 3, RD 643

et vous entendez :                     N               E                   vous           W

                                                1C             1P                 2P              passe

                                                3T              passe             4T              passe

                                                4K             passe             ???.

Vous savez que le partenaire a ouvert et vous avez une montagne en réponse. Vos 6 perdantes face aux 7 perdantes de l'ouverture font 11 levées. Vous avez un fît au moins 9°. Les T semblent une bonne source de levées. Votre perdante à K semble ouverte et vous avez assez d'atouts pour maîtriser cette couleur. Vos RV 10 à P sont bien placés. Tout ce dont vous avez besoin c'est quelques honneurs d'atouts pour faire un bon chelem.

Votre action : 4SA. le BWCC doit vous donner les informations nécessaires.

Vous avez : D 109, AV 32, AD 65, RV

vous entendez :                         W              N                  E                vous

                                                1P              passe             2C             ???.

Vous savez : vous avez l'ouverture de 1SA, 3 LR, des arrêts partout et 17 H, le maximum de l'ouverture. Et vous avez 2 adversaires qui parlent. Avec les P à gauche la DP n'a pas bonne mine. Et bien que AV 32 à C soient bons, votre partenaire ne l'est pas. Combien peut-il avoir ?. Pensez-vous qu’il a 1 H ?. Vous avez des fourchettes dans toutes les couleurs. Il faudrait que vous jouiez vers elles. Bonne chance pour aller au mort. Réévaluez votre main en sachant que vous n’irez jamais au mort.

Votre action : passe aussi vite que possible.

Résumé.

Le jugement au bridge.

C'est un résumé de ce livre : le jugement au bridge.

Chaque méthode traitée dans ce livre est un essai pour quantifier une partie du jugement. Mais la somme totale de votre jugement de bridge est fondée sur des milliers de mains. Et il n'y a aucun moyen de les quantifier en une seule équation simple.

Les étudiants et amis me consultent constamment avec des mains et me disent « qu'est-ce que j'aurais dû dire ? ». Je leur dis ce que j'aurais fait et il demande alors « pourquoi ? ». Et personne n'aime ma réponse.

La réponse est simple : « parce que c'est ce que vaut la main ».

Si vous avez lu ce livre depuis le début et ne commencez pas seulement par le résumé alors vous êtes mûr pour ces mains.

J'aime jouer l'ouverture de 1SA fort (15 - 17 H).

Laquelle de ces 2 mains est une ouverture de 1SA fort ?

A 32, A 32, A 432, A 32          ou        R 10, DV 10, RV 1098, R 109.

Même pas tangent ?. La première main a 16 H et a la bonne distribution pour SA. La 2° n'a que 13 H ce qui n'est même pas l'intervalle.

Mais quand j'utilise mon jugement, je regarde la 2° main et je dis « ça ressemble à 1SA fort ». Ce n'est même pas limite. Ne jetez pas vos mains en l'air en criant. N'appelez pas la police du bridge pour m'arrêter.

Réfléchissez. Exercer ce jugement de bridge.

La première main a 4 levées. Elle n'a pas une seule autre carte qui puisse aider la main du partenaire à gagner 1 levée.

De plus, quand vous ouvrez de 1SA vous souhaitez en principe être déclarant. Les Texas et autre enchères analogues sont faites pour protéger la main-forte contre l'entame. La première main n'a besoin d'aucune protection. Un A est un A quelle que soit la position de jeu.

La 2° a 13 cartes qui peuvent gagner 1 levée. La plus petite carte de cette main aidera la main du partenaire à gagner 1 levée. Cette 2° main aura absolument avantage à recevoir l'entame. Protéger ses R de l'entame est vraiment très important.

Et si vous êtes encore obsédé par les H, que valent les 10 et les 9 ? si 1 V vaut 1/2 D, un 10 ne vaut-il pas 1/2 V ? et si un 10 vaut 1/2 V, alors la main vaut déjà 15 H.

Bien sûr, l'obsession des H est vraiment à l'opposé du jugement de bridge. Réfléchissez. Regardez. Jugez.

Et jouez un bon bridge.

vendredi 15 janvier 2010



[1] Cette main comporte un biais car elle n'a que 3 Ctrl italiens pour 12 H. Mazer compense en ne comptant pas le V de T qui réduit les perdantes T à 2.

Par Tonton1 - Publié dans : Bridge
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 23 octobre 5 23 /10 /Oct 14:51

L'évaluation des mains : les perdantes.

 

Prenons 2 mains, pas tout à fait au hasard.

                     A                                                                        B

            RD 2                                                                           R 32

            DV 32                                                             A 432

            32                                                                    32

            DV 32                                                             A 432

ces 2 mains valent 11 H, 12HLD.

Le partenaire ouvre de 1SA. Vous dites 2T, il dit 2K et vous concluez à 3SA avec les 2. Parfait. Cependant je parie sans risque que 3SA gagnera plus souvent avec la main B qu'avec la main A. Mais la main A est quand même une bonne main pour 3SA[1].

Maintenant le partenaire ouvre de 1P. L'évaluation de base est inchangée. Vous dites 2SA (main invitationnelle sans exigence de longueur) et le partenaire qui est minimum dit 3P.

Si vous en restez à votre évaluation de base vous passez ou vous dites 4P avec les 2 si vous êtes optimiste. Mais ces mains sont-elles de même force à l'atout P ? Et si elles diffèrent, de combien ?.

Il y a beaucoup de manières pour évaluer des mains de bridge. La plus importante est bien sûr l'évaluation en points d'honneur avec de multiples variantes et corrections (HL, HLD,….). C'est l’évaluation par défaut, tant qu'on ne sait rien d'autre sur la donne.

Il y a une autre méthode d'évaluation très peu enseignée en France mais qui a plus la cote ailleurs : l'évaluation en perdantes. Qu'est-ce que c'est ?.

Le principe est le suivant : une couleur comporte

0 perdante avec chicane, A sec, AR secs, ARD….

1 perdante avec singleton (autre que A), Ax, Rx, ARx…., ADx…, RDx…

2 perdantes avec doubleton (autre que AR, Ax, Rx), Axx…, Rxx…, Dxx…

3 perdantes avec au moins trois cartes sans gros honneur (GH).

La main A a donc 1 + 2 + 2 + 2 = 7 perdantes.

La main B a donc 2 + 2 + 2 + 2 = 8 perdantes.

Et alors ? La main A est plus forte que la main B ?.

En fait nous avons obtenu le compte des perdantes brutes et, comme dans le cas des points H il y a des corrections à faire. Et il y a une correction indispensable car le traitement initial considère A, R et D (les GH) comme équivalents ce qui n'est évidemment pas le cas. Pour tenir compte de ce fait il faut prendre en compte le nombre d'A et de R, les contrôles italiens (CI). 1 A = 2 CI, 1 R = 1 CI.

La main A comporte 1 CI, la main B en comporte 5.

Une couleur pleine (ARDV) comporte 10 H et 3 CI.

La main A a 11 H et 1 CI, c'est un déficit d'un peu plus de 2 CI. Or 2 CI c'est 1 A (1 levée sûre) donc il y a déficit d'une gagnante c'est-à-dire 1 perdante en plus.

La main A vaut donc 7 + 1 = 8 perdantes.

La main B a 11 H et 5 CI soit un excédent de presque 2 CI.

La main B vaut donc 8 - 1 = 7 perdantes.

Notre hiérarchie intuitive est rétablie et quantifiée.

Une main n'a jamais plus de 12 perdantes (24 pour les 2 mains associées).

Une ouverture normale comporte en principe 7 perdantes (il y en a parfois 8 mais ce n'est pas un critère pour l'ouverture).

Une ouverture de 2° zone comporte en principe 6 perdantes.

Une ouverture de 3° zone comporte en principe 5 perdantes.

Une ouverture de 2T comporte en principe 4 perdantes.

Une ouverture de 2K comporte en principe au plus 3 perdantes.

Lorsqu'un fit majeur a été trouvé, la manche doit être demandée si le total des perdantes des 2 mains est au plus égal à 14 (24 - 14 = 10 levées réalisables).

Un petit chelem est possible si le total des perdantes est 12 (24 - 12 = 12 LR).

Un grand chelem est possible si le total des perdantes est 11 (24 - 11 = 13 LR).

Bien sûr le bridge est un jeu de probabilité et quand on dit qu'il y a 10 levées potentielles cela signifie que le contrat sera plus souvent gagné que perdu.

La probabilité de gain sera nettement plus grande si le fit est 9° que s'il est 8°.

Reprenons nos 2 mains A et B. Après ouverture de 1P du partenaire, la réponse 2SA convient au type de main A et l’ouvreur ne dira 4P que s’il a 5/6 perdantes. Les mains de type B doivent être considérées comme forcing de manche à P[2].

Avec la main A vous espérez 24 - 7 - 8 = 9 levées et vous passez.

Avec la main B vous espérez 24 - 7 - 7 = 10 levées et vous dites 4P.

Voilà comment l'évaluation en perdantes peut, mais seulement quand un fit a été trouvé, être utile pour dévaluer ou réévaluer une main, aussi bien pour le répondant dans l'exemple choisi ici que pour l'ouvreur.

Bien sûr l'exemple est caricatural et il y a d'autres corrections minimes utiles pour le compte des perdantes mais croyez-moi, ça marche.



[1] En face de l’ouverture de 1SA, en absence de fit majeur, les mains de type A permettent de gagner 8.9 Lv/Dn et 3SA gagnera dans 75% des cas. Avec les mains de type B c’est 9.5 Lv/Dn et 80%

[2] Les calculs DMPRO montrent que les mains de type A (11H, 1CI) sont à peine invitationnelles (9.3 Lv/Dn, 39% de chances de gagner 4P si l’ouvreur a 6 Perdantes ou moins pour son ouverture 12-14H), alors que les mains de type B (11H, 5CI) sont Forcing de manche, même en face d’une ouverture faible (12-14H, 7.5 Perdantes ou plus)



 


Par Tonton1 - Publié dans : Bridge
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés