Quand intervenir sur l'ouverture de 1SA

Publié le par Tonton1

La règle de 8 de Mel

Mel Colchamiro. Bridge bulletin octobre 2000, page 85.

Il y a quelque temps j’ai ouvert de 1SA et mon AdvG est intervenu en DONT. Mon partenaire a contré et les adversaires ont joué 2C contré. Et nous avons marqué 1400 alors que tout le monde dans notre ligne jouait simplement une manche.

Quand j’ai vu que mon adversaire de gauche était intervenu avec seulement 3 H et pas beaucoup de distribution j’ai demandé, « pourquoi parlez-vous avec cette main ? ».

Mon adversaire a innocemment répondu, « il n’y a pas besoin de points pour intervenir en DONT ! ».

Évidemment, ce joueur a dépassé la limite entre être agressif et être suicidaire. Quand les adversaires ouvrent de 1SA vous devez être agressif mais il y a une limite. Que vous utilisiez Cappelletti, DONT, Brozel (ou n’importe quoi) n’est pas le problème, ces conventions sont les mécanismes qui permettent de décrire votre main. La question clé est de savoir s’il faut parler.

Règle des 8 de Mel.

La manière de combattre le 1SA fort adverse en intervention directe est d’avoir 1 ou 2 couleurs longues. Une couleur longue dans votre main implique aussi des courtes pour faciliter l’annulation des A et R de l’ouvreur. Donc le maître mot est distribution. Avec cela en tête, voyons comment la règle des 8 fonctionne.

Si le nombre total de cartes de vos 2 couleurs les plus longues moins le nombre total de vos perdantes est au moins égal à 2 il faut parler. Si c’est moins il faut passer.

Un sérieux avertissement ! Il faut avoir au moins 6 H utiles.

Rappelez-vous : une différence de 2 (ou plus) plus 6 H utiles (ou plus) = 8, d’où le nom de la règle.

Pour ceux d’entre vous qui ne pratiquent pas le compte des perdantes il faut procéder ainsi : dans chaque couleur comptez 1 perdante pour chaque A, R où D absent. Un singleton (sauf A) est 1 perdante, un doubleton (sauf Rx) vaut 2 perdantes. Voici quelques exemples.

1) R 53, AD 874, R 72, 93                2) R 9654,R 7653,86, 3.

Dans la main 1) il y a 8 cartes dans les 2 couleurs longues et 7 perdantes (2 à P, 1 à C, 2 à K, 2 à T). 8 – 7 = 1, il faut passer malgré les 12 H et la majeure 5°. Il vaut mieux défendre.

Dans la main 2) il y a 10 cartes dans les 2 couleurs longues et 7 perdantes (2 à P, 2 à C, 2 à K, 1 à T). 10 – 7 = 3 et il faut parler(vous avez aussi 6 H utiles). Merveilleux de voir qu’il faut passer avec 12 H et parler avec 6 ! Rappelez-vous que la clef est la distribution.

Notez que la règle de 8 de Mel ne parle pas de convention. C’est parce que ce que vous préférez est sans importance. Ces conventions ont tendance à être à peu près également efficaces et je ne choisis pas parmi elles. Ce qui est important c’est de discuter avec le partenaire du type de main correcte pour parler.

Exercice pour la règle des 8.

Votre adversaire de droite ouvre de 1SA (15 – 17 H). Vous parlez ou vous passez ?

1)      D 10 754, AD 64, 53, 107

2)      DV 4, R V 765, R 82, A 5

3)      10, AD 9763, V 1072, 95

4)      RD 953, 75, R 875, R 3

5)      3, R 9543, 64, V 6543

6)      A 872, 84, R V 5, AR 9

7)      63, A 975, RD 653, 32. 


Réponses.

1)    Parlez. 9 cartes des 2 couleurs longues moins 7 perdantes. Montrez vos 2 majeures avec votre système.

2)    Passez. 8 cartes des 2 couleurs longues moins 7 perdantes. Ce n’est pas assez. En fait avec un unicolore il faut au moins 6 cartes.

3)    Parlez. 10 cartes des 2 couleurs longues moins 7 perdantes. Il faut parler malgré vos 7 H.

4)    Parlez. 9 cartes des 2 couleurs longues -6 perdantes.

5)    Passez. 10 cartes des 2 couleurs longues moins 8 perdantes mais moins de 6 H utiles. C’est trop peu.

6)    Passez. 8 cartes des 2 couleurs longues moins 7 perdantes. À cause de vos 15 H et de votre distribution         régulière il vaut mieux défendre et vous pourriez même contrer en pénalité si ce contre est disponible dans votre système (Cappelletti).

7)    Parlez. 9 cartes des 2 couleurs longues moins 7 perdantes Une belle main pour un DONT qui permet de rester au niveau 2.

Note du traducteur :

La règle de Mel ne distingue pas entre un 5422 et un 5431 alors que ce dernier est préférable pour intervenir. Une meilleure règle est : parler si :

Nb de cartes des 2 couleurs longues – Nb de cartes de la plus courte – Nb de perdantes³0.

Bien entendu les 6 H utiles sont nécessaires (au moins dans les cas limites et en fonction de la vulnérabilité).

Pour les exemples de Mel :

1)      9 – 7 – 2 = 0. Parlez

2)      8 – 7 – 2 = - 1. Passez

3)      10 – 7 – 1 = 2. Parlez

4)      9 – 6 – 2 = 1. Parlez

5)      10 – 8 – 1 = 1. Mais moins de 6 H utiles. Passez

6)      8 – 7 – 2 = - 1. Passez

7)      9 – 7 – 2 = 0. Parlez.

Un autre bémol à la règle de Mel concerne les mains 5332 et 4432. Ces mains sont des mains régulières et il vaut mieux ne pas intervenir derrière l’ouverture de 1SA quelle que soit leur force en H ou perdantes.

Une autre remarque concerne l’évaluation en perdantes. Pour cette évaluation il faut que le nombre de contrôles italiens (CI) (A = 2 CI, R = 1 CI) corresponde au nombre de H. Sinon il faut augmenter le nombre de perdantes s'il y a défaut de CI et vice-versa. (10 H = 3 CI et 2CI=1 perdante).

Une dernière remarque : les exemples convenant aux interventions qui sont donnés comportent 7 perdantes (sauf l’exemple 3). Àvec 7 perdantes et la main convenable, la sécurité est assurée au niveau 2, beaucoup moins au niveau 3, d’où un certain avantage du DONT qui permet toujours un choix au niveau 2.

Il vaut mieux n’avoir que 6 perdantes pour être en sécurité au niveau 3. La main suivante 3’) 10, AD 976, R 10 972, 95 conviendrait pour une intervention à 3K (K + C) en DONT modifié. Une manche n’est pas exclue si le partenaire a un fit C et une main convenable.

Publié dans Compétitives

Commenter cet article