Principes de Signalisation

Publié le par Tonton1

La Signalisation 1. Introduction

 

La signalisation consiste à donner ou demander, en défense, des informations au partenaire pour maximiser les gains de la défense.

Les types d'informations utiles au défenseur sont :

   Le compte (nombre de cartes d'une couleur spécifiée).

   L'attitude (intérêt plus ou moins grand pour une couleur spécifiée).

   La préférence entre 2 manières de défense possibles.

Pour transmettre ces informations on utilise l’ordre de jouer les cartes dans une couleur, que ce soit le choix des honneurs ou le choix des autres cartes.

Ces informations concernent le plus souvent la couleur jouée mais elles peuvent aussi concerner une autre couleur qui est définie par le contexte (Smith par exemple mais il y a d'autres exemples).

Le plus important n'est pas la manière dont les informations sont transmises (c'est généralement la seule chose qui préoccupe les joueurs !) mais la nature de l'information nécessaire en fonction des circonstances.

C'est ce à quoi nous allons nous attacher, même s'il faudra bien malgré tout se mettre d'accord sur les moyens à utiliser.

Voyons d'abord les caractéristiques des différents types d'informations.

Le compte. Il donne une information sur le nombre de cartes de la couleur signalée ce qui permet au partenaire de reconstituer la main du déclarant. Le compte est un signal relativement facile à utiliser et à décoder puisqu'il suffit en général de distinguer entre le nombre pair ou impair de cartes de la couleur signalée dans la main du défenseur qui signale. La part de jugement pour le choix de la carte à jouer est extrêmement réduite. Par contre il faut beaucoup de jugement pour utiliser efficacement le signal.

L'attitude. C'est une information qui concerne l'opinion du joueur qui signale quant à l'utilité de la couleur signalée pour développer des levées pour la défense. Cette information peut-être en lien direct avec la couleur signalée (« j'ai de l'aide pour cette couleur » ou « je souhaite que tu continues car je peux couper »). Mais elle peut être conditionnée par le reste de la main (« je n'ai rien pour t'aider mais il vaut mieux continuer car le reste serait pire » ou « j'ai de quoi t'aider mais ne continue pas car il y a mieux à faire »).

Autrement dit le signal d'attitude transmet une information qui exige un jugement du défenseur qui signale et de son partenaire pour en faire bon usage. En ce sens le signal est à la fois plus souple et plus complexe que le compte mais c'est ce qui explique son utilisation croissante dans le bridge moderne.

Le compte et l'attitude sont les 2 signaux principaux par leur importance et leur fréquence d'utilisation.

Si l'on veut que le partenaire lise correctement un signal il faut qu'il sache de quelle nature est le signal, et cette nature doit être déterminée par le contexte (les enchères, le mort, les cartes déjà jouées). Pour cela on doit attribuer une priorité liée à chaque cas spécifique (et il y en a beaucoup).

Deux écoles coexistent :

   pour certains le compte est prioritaire, sauf exception

   pour d'autres l’attitude est prioritaire, sauf exception.

L'exposé qui suit sera plutôt de la 2° école.

Il n'y a aucun système qui donne satisfaction à 100 %. Certains problèmes ne peuvent être résolus qu’en donnant la priorité au compte et d'autres qu'en donnant la priorité à l'attitude. Mais beaucoup de problèmes peuvent être résolus de l'une ou l'autre des manières.

Une fois les choix faits il faut évidemment s'y tenir avec son partenaire.

Le 3° type de signal est la préférence. Ce signal est sans rapport avec la couleur jouée mais donne une information sur un souhait de contre-attaque dans une couleur particulière parmi un choix de plusieurs possibles du point de vue du partenaire. Il est en général utilisé quand il y a 2 couleurs possibles pour le partenaire et on lui suggère la plus chère ou la moins chère.

Ce signal est parfois indispensable mais l'attitude ou le compte, s'ils sont utiles, sont toujours prioritaires sur la préférence.

Par ailleurs dans une situation où le signal de préférence s'applique sans autre possibilité, il a un grave inconvénient car, quelle que soit la carte choisie, dans la plupart des cas une information est transmise et cette information sera fausse si celui qui signale n'a aucune préférence pour l'une ou l'autre couleur soit parce qu'il n'a rien de valable, soit parce que les deux l'intéressent. Dans ces 2 cas il vaudrait mieux que ce soit le partenaire qui décide en fonction de sa seule main plutôt que de se baser sur le signal.

Pour pallier cette difficulté Granovetter a proposé un signal qu'il appelle contre-attaque évidente (CAE). Le principe est le suivant : si un joueur est en main et doit choisir une contre-attaque, des règles sont définies pour que, en fonction des enchères, du mort, et des levées précédentes, l'attaque d'une couleur soit plus probable qu'une autre. Cette couleur est définie comme CAE et le joueur, dans une situation de préférence, signale positivement si la couleur de CAE l'intéresse ou négativement dans le cas contraire. Ce signal est en fait un signal d'attitude par rapport à une couleur spécifiée par un ensemble de règles.

Si le signal est positif tout va bien pour le partenaire, mais si le signal est négatif le partenaire doit faire appel à son seul jugement avant d'agir car plusieurs options restent en général possibles. Nous verrons que dans certains cas ce signal peut se substituer à la préférence.

Dans tout ce qui suivra nous donnerons des exemples qui proviennent des livres suivants :

B.         Bessis                       Flanc Gagnant. La Signalisation

BS       Bird et Smith             Defensive Signaling

C         Cohn et Fink             Cincinnatti Carding

D         Delmouly                   La Signalisation en Flanc (t2)

FL        Fink et Lutz               Count Coded Leads

G         Granovetter               A Switch in Time

H         Horton                      Step by Step Signaling

J          Rubens et Roessler    Journalist Leads

K         Kambites                  Signals and Discards for You

M         Miles                         Defensive Signals

MI       Miles                         Inferences at Bridge

PS        Saporta                     Légitime Défense

V         Vinje                         New Ideas in Defensive Play

W        Woolsey                    Modern Defensive Signaling

 

Les exemples ne seront pas toujours utilisés de la même manière que leur auteur le préconise mais en cohérence avec l’ensemble de cet exposé.
    Pour tous nos articles concernant la signalisation, S sera le déclarant, N sera le mort, W sera l'entameur et E le partenaire de l'entameur. 

 

Publié dans Signalisation

Commenter cet article