Les Outils de Signalisation: Le Petit Appel

Publié le par Tonton1

Les Outils de la signalisation :

LE PETIT APPEL

 

 

Depuis toujours (même au temps du whist) on sait qu’il faut un moyen pour un joueur de flanc de demander au partenaire de continuer une couleur, ou d’attaquer une autre couleur.

Pendant très longtemps le standard a préconisé l’appel direct : une grosse carte (si possible inutile) demande de jouer ou de rejouer la couleur. Mais au fil des années beaucoup de joueurs se sont rendus compte qu’un appel avec le 9 ou le 8 avait parfois des inconvénients pour l’exploitation de la couleur. C’est alors que l’utilisation du « petit appel » a commencé à se développer.

 

Signaux d’attitude en petit appel

 

Ces signaux sont l’inverse des signaux standards.

-       Une grosse carte = décourageant

-       La plus petite carte = encourageant

Ces signaux s’utilisent dans les mêmes circonstances qu’en standard :

-       en fournissant sur la couleur d’entame

-       en défaussant

N   E   S   O      O entame le RP         ª 1065

        1C -      et le mort s’étale :     © DV3

2K  -   2C –                              ¨ RDV42

4C                                          § R7

E peut avoir :

   1         2          3          4         5

ª V2       ª 972       ª 432       ª 92       ª 987

© 74       © 74        © 74        © 74       © 74

¨ 9863     ¨ 9863      ¨ 9863      ¨ A863     ¨ 9863

§ AV865    § AV86      § AV86      § V8654    § AV86

 

1-     O a RDx(x  )  ou ARx(x  ) de P. Si c’est RD il faut garder le V, le 2 est alors parfait pour demander la continuation en petit appel. En standard !!!

2-     C’est l’inverse. Et c’est facile en petit appel comme en standard (le 9 = refus ou le 2 = refus)

3-     En standard c’est facile (le 2 = refus). En petit appel c’est un cas plus ennuyeux : il faut mettre le 4 et O devra prendre en considération qu’il lui ne voit pas 2 cartes au-dessous donc le 4 peut être une grosse.

4-     E veut la continuation puisqu’il coupe au 3e tour donc 2 en petit appel (le 9 en standard)

5-     Cette main est le revers de la main 3. En petit appel le 9 est un refus clair. (En standard le 7 est plus difficile à lire).

 

Le plus gros avantage en petit appel est que l’on n’a pas à s’inquiéter de sacrifier une grosse carte pour appeler. En standard il faut imaginer les distributions possibles de la couleur avant d’utiliser une carte critique pour encourager, en petit appel la plus petite carte est toujours disponible. Une carte qui pourrait paraître banale, aura peut être son importance plus tard. Et la plus petite carte est souvent facile à lire.

Voici un exemple typique :  N   S

                            -   1P

                            2P  4P

             ª V1074                  W         N        E       S

             © A532                            -                  1P

             ¨ 952                             2P                 4P

             § R9                 O entame la DC. E encourage avec le 4

ª D63                  ª 2       (le 6 en standard). S prend au mort

© DV                   © R1064   Au 3e tour de P, O est en main et joue

¨ V83                  ¨ D107    le VC. E peut prendre et tirer le 10,

§ D10762               § V8643    s’il a fourni le 4 sur l’entame, le 6

             ª AR965              tient sur le 5. S’il a fourni le 6 à

             © 987                la 1e levée, il ne peut pas prendre le V

             ¨ AR64               et tirer le 10 sans libérer le 5. S’il ne

             § A                  prend pas, S défaussera un C sur le RT et

les K étant 3-3, il ne donne que 1C+1P+1K.

Il arrive souvent en faisant l’appel direct que l’on ne puisse pas faire le bon signal sans livrer une levée. C’est plus crucial encore à SA où les cartes intermédiaires ont une très grande importance. Voici un exemple :

             ª D8                     W        N        E       S

             © D743                                               1SA

             ¨ V1083                           2T                 2K

             § AR6                             3SA

ª 10762                ª A943    O entame le 10C, le mort joue petit et

© 1095                 © RV82    E est bien content de pourvoir faire

¨ R2                   ¨ 65      un appel avec le 2. (S’il joue le 8 pour

§ V974                 § 1053     appeler, le déclarant pourra affranchir

             ª RV5                le 7 du mort après avoir donné 2 levées)

             © A6                 S prend de l’As et joue T pour le mort et

             ¨ AD974              VK pour le R en O. O rejoue le 9C et le

             § D82                flanc fait 3 levées à C. L’As de P sera

                             la levée de chute.

Remarque : si E avait : ª ARVx    ou ª RVxx

                        © V862       © V862

                        ¨ 10x        ¨ Ax

                        § 10xx       § xxx

Dans les 2 cas il lui est facile de décourager avec le 8C et le switch à P devient évident.

Un défenseur doit toujours signaler avec la plus grosse ou la plus petite carte possible selon le message à transmettre.

- Quand on fournit un petit honneur (le 10 ou le V) : en principe si le joueur n°3 joue le 10 ou le V sans nécessité, il a la carte inférieure jointive (le V promet le 10, le 10 promet le 9). Dans ce cas c’est une information, pas un refus.

Exemple :

             ª V1075                  W        N        E       S

             © A7                               1K                 1P

             ¨ RD84                            2P                 3P

             § R102                            4P

ª R                    ª 943     O entame la DC pour l’As. E peut jouer

© DV643                © 1092    le 10C (pour dire qu’il n’a pas le R,

¨ V975                 ¨ A32     mais il promet le 9). Quand O est en

§ 943                  § AV75     main au RP il peut rejouer C sans danger,

             ª AD862              toute autre contre attaque serait

             © R85                coûteuse. Si E avait 98x il fournirait

             ¨ 106                le 9 qui dénie le 10 et O saurait que S

             § D86                avait R10x. En signalisation standard

le 2 dénierait le R, mais le 10 le promettrait sans doute.

 

Le compte en petit appel

 

Quand on joue le petit appel la procédure préconisée est d’inverser les signaux de compte :

-       Une grosse carte pour un nombre impair

-       Une petite carte pour un nombre pair.

L’argumentation suit celle de l’attitude : il y a plus de chances d’avoir besoin d’une relativement grosse carte avec un nombre pair. C’est aussi un problème de cohérence pour signaler un doubleton dans un contrat à la couleur.

Exemple :

             ª A76                    W        N        E       S

             © RV72                                               1C

             ¨ D85                    2K        3C        -        4C

             § V64                O entame l’As de K (6 cartes selon Vinje)

ª V32                  ª D1095   En standard les 2 joueurs doivent avoir

© 6                    © 984     convenu de leur type de signal: E doit il

¨ ARV1064              ¨ 92      donner le compte (le 9 = pair) ou

§ 1092                 § R875     l’attitude (encore le 9 pour demander la

             ª R84                continuation). Pas de problème. Mais pour

             © AD1053             une paire qui jouerait le petit appel et

             ¨ 73                 qui voudrait garder les signaux de compte

             § AD3                standards : E doit il fournir le 9 ou le 2 ?

S’ils sont d’accord que le signal est l’attitude pas de problème, mais si E pense qu’il doit donner le compte il fournirait sans doute le 9 qui sera peut être pris par O comme un refus. Si les signaux de compte en petit appel sont inversés par rapport au standard, aucun problème : le 2 sera pris aussi bien pour une attitude positive (continuation) que pour un compte pair.

Certaines paires ne jouent le petit appel qu’à SA ce qui est compréhensible car à SA les cartes intermédiaires ont plus d’importance. Mais pourquoi ne pas avoir un système unique ?

Voici un exemple à SA :

             ª R73                S    N

             © R42                1SA  3SA

             ¨ R92                S prend de l’As l’entame du VP (E fournit

             § R832               le 5 = refus) et joue le 3C pour le R

ª V1098                ª 542     et l’As. O doit il fournir le 5 ou le 7?

© D1075                © A8      Si on donne le compte ici, en utilisant

¨ V754                 ¨ 1086    le petit appel et le compte inversé,

§ V                    § D10954   O fournit le 5. Si O a fourni le 7,

             ª AD6                S jouera plus tard le 2 pour le 8, le 9

             © V963               et le 10. Avec le V il donnera la D et

             ¨ AD3                aura affranchi le 6. Bien sûr il vaut

             § A76                sans doute mieux faire un autre signal
                                  sur la couleur adverse.

La plupart des experts jouent maintenant les signaux de compte inversés quand ils jouent le petit appel. Beaucoup pensent que ceux qui ne veulent pas le faire, c’est uniquement pour éviter l’effort nécessaire pour changer leurs habitudes.

Ce problème est particulièrement important avec un doubleton quand la grosse carte peut faire perdre une levée. Mais le signal à fournir dépend des conventions d’entame.

ª V875             Contrat 4P

© 76               O entame le RT (ou l’As de T)

¨ AD106            O peut avoir ARx(x  ) ou RDx(x  )

§ 1052             Dans les 2 cas il faut demander la

-             -        continuation (en espérant couper s’il

-             -        a AR ou en complément s’il RD)

-             -        Si E fournit le V, et si S a l’As, le

-             V4       camp EO permet alors au déclarant de

faire le 10 après avoir donné la D. Avec le 4, si O fait la levée avec le R, il peut rejouer petit pour le V s’il a RD   ou l’As s’il a AR.

(Bien sûr le déclarant peut avoir retenu avec AVx, ce qui donne par exemple 84 en E, auquel cas il ne faut simplement jouer T à la 2e levée). Rien n’est parfait.

Autre exemple :

             ª D6                 S    N

             © V75                1T   1K

             ¨ RD1092             2SA  3SA

             § 654                O entame le 2P (en 4e meilleure) pour

ª                      ª R854    la D, le R et l’As. S joue K pour le R :

©                      © D943    il est important qu’E donne le compte

¨                      ¨ V5      des K pour que O sache quand il doit

§                       § V87      prendre l’As. Si E fournit le V, et si S

a 3 cartes, O a l’As 3e et S va continuer, faire 2K puis s’attaquer aux T par exemple. Si E fournit le 5 (en compte pair), S peut rejouer petit et peut être le 10 en espérant l’As second en E.

Avec Vxx, E pourrait sacrifier le V pour donner un compte clair, le V est inutile (même si le déclarant a Axx).

 

 

En conclusion , ce que l’on peut dire :

 

-       la signalisation en petit appel n’est pas systématiquement plus facile à lire qu’en standard. Mais les problèmes sont symétriques quand vous avez 3 cartes comme 432 ou 987.

-       Le petit appel permet plus facilement de faire un appel avec une carte qui ne sera pas utile plus tard. Et la plus petite carte est souvent facile à lire.

-       Quand on joue le petit appel, il est préférable de jouer la parité inverse. C’est une simple question de cohérence sans inconvénient autre que de changer d’habitude en accord avec le partenaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article